Actualité : Accro au chocolat ? C'est peut-être génétique

Nous avons beau savoir que certains aliments sont mauvais pour la santé, il est parfois impossible d’y résister. D’après une nouvelle étude espagnole, la raison pourrait se trouver dans nos gènes. L’équipe de l’université autonome de Madrid, coordonnée par Silvia Berciano, a identifié des variations génétiques capables d’influencer les préférences alimentaires de chaque personne.

Lors de la réunion annuelle de l’Experimental Biology, aux Etats-Unis, les chercheurs ont fait savoir qu’ils espèrent réussir à travailler sur des conseils alimentaires personnalisés dans le but de mieux prévenir et traiter l’obésité et d’autres maladies chroniques liées à la mauvaise alimentation. Car si d’autres recherches avaient identifié des gènes liés à l’anorexie et aux troubles de l’alimentation, celle-ci est la première à trouver le lien entre la génétique et la tendance à manger du chocolat ou des produits gras.

Ocytocine et chocolat

Ces conclusions sont le fruit de l’analyse des données de 818 volontaires d’origine européenne, dont 404 hommes et 414 femmes. Leur profil génétique, ainsi que leurs habitudes alimentaires, ont été passés au crible. Les scientifiques ont ainsi remarqué une association entre une variation du gène lié à l’hormone de l’amour, l’ocytocine, et la consommation de chocolat, ainsi que le tour de taille des participants.

La consommation de graisses serait également liée à des gènes spécifiques. Les auteurs de l’étude précisent que les variations génétiques identifiées sont les mêmes qui avaient déjà été associées à un certain nombre de caractéristiques comportementales, comme le stress, l’addiction, l’impulsivité et la dépression.

AIDEZ NOUS SVP : LIKEZ ET PARTAGER CET ARTICLE SUR FACEBOOK

Add a Comment

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site s’il vous plaît aider nous et faire clic sur l’un de ces boutons!