Comment survivre au retour de vacances

Les rayons des supermarchés se remplissent de cahiers et de stylos plume ; vous portez de nouveau des chaussettes et retrouvez de moins en moins de sable sur le tapis de sol de la voiture : aucune doute, vous êtes rentré de vacances. Si vous êtes parti plus d’une semaine, il y a de grandes chances pour qu’un nœud dans l’estomac vous empêche de pleinement profiter de la vie. Mélange de fatigue, d’angoisse et d’appréhension à l’idée de retrouver vos collègues de travail, le blues de la rentrée n’est pas invincible.

Francetv info vous explique comment se remettre des chocs post-tropicaux et autres durs retours à la réalité.

Vaincre la fatigue

Ne faites pas d’excès. « Se ressourcer », « recharger les batteries », « se refaire une santé » : les congés permettent de relâcher la pression en opérant une rupture dans le quotidien, mais elles ne garantissent pas un retour en fanfare. D’ailleurs, les excès des vacanciers se payent plein pot à la rentrée. Consommation d’alcool plus importante, heures de coucher plus tardives et réveils matinaux (en particulier, si vous êtes parti avec des enfants) : il vous faut récupérer. « L’alcool vous endort rapidement, mais ce sommeil n’est pas assez récupérateur. Vous manquez donc de sommeil », explique le docteur Michael Breus au site médical américain WebMD (lien en anglais). Il préconise au retour de surveiller sa consommation d’alcool, de manger léger, de se coucher plus tôt et de faire de l’exercice : « Cela vous fatiguera et vous fera récupérer. »

Prenez en compte le décalage horaire. Le voyage du retour (comme celui de l’aller, d’ailleurs) constitue une source de fatigue. Si vous traversez plusieurs fuseaux horaires en avion, évitez de vous assommer avec des somnifères, surtout si vous n’avez pas l’habitude de ces produits. « Ces médicaments contribuent à dérégler le sommeil et facilitent la déshydratation », alerte le docteur Guilhem Pérémarty, interrogé en 2010 par Le Figaro. Il préconise de se préparer en faisant de courtes siestes, entre 5 à 20 minutes, « et des repas légers aux horaires du pays de destination. » Il faut environ une journée par heure de décalage, pour que le corps se remette. Rentrer le dimanche soir pour reprendre le lundi matin n’est donc pas la meilleure façon de renouer avec les collègues. Accordez-vous au moins une journée à la maison, pour vous reposer, mais aussi pour effectuer les tâches qui s’imposent (défaire les valises, laver le linge, etc.).

Eradiquer la déprime

Chérissez les souvenirs. « On a tous au cœur des souvenirs qu’on ne veut pas voir partir », chantait Julien Lepers dans De retour de vacances. Pour atténuer ce (léger) désespoir, pourquoi ne pas vous replonger dans l’aventure, en organisant vos souvenirs dans un chouette carnet de voyage ? Le scrapbooking n’a pas toujours bonne presse (les coquillages collés, les gommettes, etc.). Pourtant, avec de bonnes photos et un peu d’imagination, l’objet peut passer de présentable à très classe. Tout en atténuant le choc du come back. Des versions numériques existent également, pour ceux qui préfèrent la souris aux crayons de couleurs.

Entretenez votre bonne mine. Si vous avez pris des couleurs, tâchez de les garder. Pour cela, un petit régime à base de fruits et légumes riches en bêtacarotène, s’impose. Carottes, tomates, abricots, pêches, melons… feront l’affaire. « Il est aussi possible d’utiliser un complément nutritionnel riche en actifs hydratants et prolongateur de bronzage », souligne l’agence Relaxnews. Pensez à vous hydrater donc (y compris la peau, soumise peut-être aux rayons UV à haute dose) et, contrairement aux idées préconçues, n’hésitez pas à réaliser des gommages (très doux) une à deux fois par semaine pour vous débarrasser des cellules mortes et remettre en valeur vos belles couleurs.

Garder la pêche. « Certaines personnes rentrent de vacances étonnées de ne pas avoir pris de poids, même si elles ont mangé souvent en extérieur. C’est parce qu’elles ont fait de l’exercice », explique Elaine Magee, médecin citée par le site américain WebMD. Ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin, conseille-t-elle. Faire du sport (pas forcément de la chute libre, mais de la marche par exemple, ou de la natation), même à petite dose, vous gardera en forme.

Eviter le surmenage au travail

Chouchoutez les collègues. Pour cartonner au boulot, rien de tel que ramener un petit souvenir (qui se partage et se mange). Ces petits échanges peuvent adoucir votre retour au bureau, et vous donner l’occasion de vous tenir au courant de ce que vous avez raté (et inversement). Surtout, gardez le sourire quand les collègues un peu jaloux ou maladroits vous diront : « T’as l’air crevé », « Il a pas fait beau ? » ou « Nous, on n’a pas chômé », comme le note le site TerraFemina dans son classement des 10 pires remarques de bureau.

Ne lisez pas vos e-mails. La reprise sera moins violente si elle est anticipée. N’oubliez pas de mettre un message d’absence sur votre répondeur et votre boîte mail. Et ne le désactivez surtout pas dès votre première heure de travail. Mieux vaut consacrer ces premiers moments à établir l’ordre des tâches prioritaires à effectuer. Interrogé par The Guardian (lien en anglais), Barney Jones, de l’entreprise de téléphonie britannique XLN Business Services, conseille de « copier les e-mails dans un dossier d’archives de votre boîte mail et d’attendre. Les gens ne tarderont pas à revenir vers vous pour les choses importantes, surtout s’ils ont reçu un message d’absence. » A l’inverse, faire le tri dans vos centaines de messages non lus pourrait vous prendre des heures.

Organisez votre journée. Dans l’idéal, essayez de ne pas revenir un jour de réunion importante, ni à l’occasion du bouclage d’un dossier de longue haleine. La première journée sert en partie à établir les priorités, en fonction de la quantité de travail qui s’est accumulé durant votre absence ou que vous avez laissé en suspens. The Huffington Post (lien en anglais) conseille, pour sa part, de ne pas hésiter à déléguer et à remettre des tâches au lendemain. Certains profitent même de leur rentrée pour se fixer de nouveaux objectifs. Vous êtes gonflé à bloc, profitez-en : avoir un but réaliste à atteindre d’ici Noël peut booster la motivation… et vous rappeler que d’autres vacances vont suivre.

Assurer la rentrée financière

Anticipez. Les vacances, ça coûte cher. Le budget moyen des Français en vacances, même s’il devrait encore diminuer en 2013, selon les estimations prévisionnelles de Protourisme, devrait s’établir à 1 980 euros. De nombreuses initiatives pour partir moins cher ont vu le jour ces dernières années (ici et ici). Pour ne pas avoir de mauvaises surprises en rentrant, il n’existe pas de recette miracle : il faut avoir anticipé et préparé un budget réaliste pour ces jours ou semaines de congès. Attention, on a tendance à dépenser beaucoup plus que prévu ! Et gardez à l’esprit que vous avez jusqu’au 21 septembre minuit pour payer directement en ligne le solde de votre impôt sur le revenu, avec prélèvement sur votre compte bancaire le 26 septembre. Ne rentrez pas fauché !

Economisez. A la rentrée, les dépenses sont nombreuses, surtout si vous avez des enfants. Les plafonds de ressources pour toucher l’allocation de rentrée scolaire 2013 (ARS) ont été élevés de 2,1%, (soit l’évolution en moyenne annuelle des prix à la consommation, hors tabac, en 2011). Pour y avoir droit, il faut avoir un enfant scolarisé, entre 6 et 18 ans, et déclarer moins de 23 687 euros avec un enfant, 29 153 euros avec deux enfants, 34 619 euros avec trois. Puis ajoutez 5 466 euros par enfant supplémentaire. L’ARS va de 360,47 euros pour les 6-10 ans, à 393,54 euros pour un ado scolarisé entre 15 et 18 ans. Elle est versée fin août.

source : francetvinfo.fr

Add a Comment

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site s’il vous plaît aider nous et faire clic sur l’un de ces boutons!