Article : Rhume, toux, bronchite : les plantes qui soignent

Nos aïeux le savaient bien : il est possible de soulager par les plantes les symptômes des infections ORL. Anti-inflammatoires, anti-infectieuses, décongestionnantes, antiseptiques… on fait le point sur les classiques de l’aromathérapie efficaces pour mieux respirer ou apaiser la toux.

À la place des médicaments antirhume, les inhalations

« Les médicaments du rhume à base de vasoconstricteurs doivent être prescrits sur ordonnance.” Telle est la position de l’Académie nationale de médecine, qui soulignait, en juillet 2015, que ces spécialités (Actifed, Humex rhume, Dolirhume…) ont des effets indésirables certes très rares, mais imprévisibles et très graves : hypertension, troubles cardiaques et accident vasculaire cérébral.

Or, un rhume peut se soigner avec des plantes ! L’huile essentielle de thym et l’huile essentielle de romarin sont à privilégier. De nombreuses études attestent de leur grande efficacité contre les micro-organismes, qu’ils s’agissent de virus, de bactéries ou de champignons. Elles contiennent en effet des composés phénoliques, des terpènes, du thymol et du cinéol, antiseptiques. Ces deux huiles essentielles sont aussi stimulantes et antifatigue.

« Le thym est intéressant car il est à la fois antiseptique et décongestionnant », explique le Dr Chevallier.

Inhalation, mode d’emploi

Le médecin conseille de faire :

  • soit des inhalations sèches, en déposant quelques gouttes sur un mouchoir que l’on respire,
  • soit des inhalations humides, en versant 3 gouttes de chaque huile essentielle dans un bol d’eau bouillante. À respirer, yeux fermés, pendant 5 à 10 minutes, une à trois fois par jour, jusqu’à guérison.

A lire aussi : Inhalation contre le rhume : 4 recettes à base d’huiles essentielles

À la place des sirops antitoux, les frictions avec des huiles essentielles

« Beaucoup de gens négligent un rhume et ne se soignent pas suffisamment. Or, il y a une unité physiologique, les voies respiratoires communiquent. Un rhume qu’on laisse traîner va souvent “descendre” sur les bronches et finir par se transformer en bronchite », prévient le Dr Chevallier.

Si les sirops contre la toux disponibles en automédication adoucissent la gorge, leur efficacité est contestée par de nombreux médecins français. Quant aux sirops contenant de la codéine, ils sont désormais contre-indiqués chez les moins de 12 ans en raison d’effets indésirables graves.

Les huiles essentielles à privilégier contre la toux

Les trois huiles essentielles à utiliser contre la toux sont :

  • l’huile essentielle de lavande vraie (ou officinale), antispasmodique et relaxante
  • celle de Ravintsara : riche en camphre, elle est un remède antiviral et antibactérien naturel très puissant ;
  • seulement si la toux est grasse, celle d’Eucalyptus globulus : antimicrobienne et expectorante, elle est capable de fluidifier le mucus bronchique, elle est particulièrement connue pour son efficacité contre les infections des voies respiratoires.

Toutes les trois sont riches en terpènes et en composés phénoliques.

Friction, mode d’emploi

« Les frictions sont intéressantes parce qu’elles permettent une diffusion à la fois cutanée et par inhalation des molécules actives », préconise le médecin. Il faut bien masser la partie du corps touchée, le cou ou le thorax, avec ces huiles essentielles diluées à 5 %, deux à trois fois par jour.

Sa recette d’expert :

  • en cas de toux sèche : 2 ml d’huile essentielle de lavande vraie + 2 ml d’huile essentielle de Ravintsara + 36 ml d’huile végétale de noisette.
  • en cas de toux grasse : 2 ml d’huile essentielle de lavande vraie + 2 ml d’huile essentielle de Ravintsara + 2 ml d’huile essentielle d’Eucalyptus globulus + 34 ml d’huile végétale de noisette.

Quelles précautions avant d’utiliser des huiles essentielles ?

  • Les huiles essentielles sont à réserver aux adultes et aux enfants de plus de 12 ans, s’ils n’ont pas d’antécédents de convulsions.
  • Attention, elles peuvent être, selon les doses, neurotoxiques, il ne faut surtout pas les avaler !
  • Par précaution, elles sont également déconseillées aux femmes enceintes ou qui allaitent.
  • Certaines plantes peuvent interagir avec les médicaments. C’est pourquoi il faut toujours faire attention et en parler à son pharmacien ou son médecin si l’on a déjà un traitement, par exemple médicaments contre l’hypertension ou le cholestérol, anticoagulants…
  • A savoir : l’huile essentielle d’eucalyptus peut entraîner des convulsions.

Add a Comment

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site s’il vous plaît aider nous et faire clic sur l’un de ces boutons!