Actualité : Diabète : un hackathon au service des 3,5 millions de patients

En France, environ 3,5 millions de personnes prennent un traitement médicamenteux pour leur diabète, soit environ 4,7% de la population selon les chiffres de la Fédération Française des Diabétiques (FFD). A cela, s’ajoutent les personnes diabétiques qui s’ignorent. Des chiffres qui augmentent chaque année, comme le précise l’Assurance maladie.

Bien sûr, le vieillissement de la population, le dépistage précoce et l’amélioration de l’espérance de vie des personnes traitées peuvent expliquer cette croissance de l’épidémie, mais ce sont surtout des facteurs sociaux et environnementaux qui constituent les principales causes: surpoids, obésité, manque d’activité physique, sédentarité.

Si les progrès thérapeutiques permettent aux personnes diabétiques de vivre normalement, leur quotidien est néanmoins impacté. La maladie impose en effet à plusieurs contraintes (adapter ses habitudes alimentaires, ajuster et suivre des traitements parfois complexes) qui, si elles sont mal respectées, peuvent entrainer des complications graves.

C’est pour améliorer leur qualité de vie que la FFD a lancé en 2015 le Diabète LAB. Ce dernier consiste à mieux connaître les patients en les interrogeant sur leur santé, leur vécu, leurs modes de vie, leurs usages des dispositifs médicaux et leurs attentes. Des éléments qui « participent à construire les solutions de demain pour améliorer la prise en charge », explique-t-elle.

Plus d’informations pour les patients et les médecins

Lecteurs de glucose en continu, frais de santé et restes à charge, objets connectés, parcours de soins et de santé constituent des exemples de thèmes traités par le Diabète LAB, qui regroupe à ce jour plus de 2 300 « Diabet’Acteurs » prêts à participer à des études d’usage. Cet outil prend désormais une nouvelle ampleur puisque la FFD lance en partenariat avec l’Assurance maladie un hackathon (concours innovation).

Le défi: créer un service ou une application numérique innovante qui contribuera à mieux vivre avec son diabète en mobilisant les données de l’Assurance Maladie et toutes données rendues publiques par d’autres organisations qui pourraient être mises à disposition. « Si les patients et les professionnels de santé ont développé des outils et des stratégies pour mieux vivre avec son diabète, les outils digitaux et l’analyse des données permettent d’entrevoir des améliorations supplémentaires significatives », explique l’association.

Plusieurs axes de travail peuvent être envisagés, comme une meilleure connaissance des ressources disponibles pour la prise en charge du diabète ou des parcours de soins des patients afin de les aider à se situer. Outre une meilleure autonomie des patients, il s’agit aussi de faire en sorte que les professionnels de santé puissent bénéficier d’un retour sur leurs pratiques.

Mettre à profit toutes les données disponibles

Pour ce faire, les participants pourront s’appuyer sur les différentes données mises en ligne par l’Assurance maladie. Celles-ci « apportent des informations sur les professionnels de santé et leur activité, mais aussi sur les médicaments, les actes de biologies et les dispositifs médicaux remboursés et leurs bénéficiaires. » Ouvert à tous, les candidats ont jusqu’au 23 avril pour déposer la présentation de leur projet sur un site dédié, à titre individuel ou sous la forme d’une équipe de 5 personnes maximum.

Les participants devront défendre leur projet lors d’une première journée de sélection le 10 mai prochain dans les locaux de la Caisse nationale d’Assurance Maladie à Paris. A l’issue de cette première journée, cinq projets seront sélectionnés selon plusieurs critères spécifiques (pertinence du projet au regard du thème, son caractère innovant, sa faisabilité, son potentiel de valorisation des données de l’Assurance Maladie ou d’un tiers).

Lors de la deuxième phase, les équipes sélectionnées seront accompagnées jusqu’au mois d’octobre par un représentant de l’Assurance Maladie ou du Diabète LAB et plusieurs ateliers de travail seront organisés pour affiner les projets, développer les prototypes et tester leur potentiel d’utilisation. Le lauréat sera désigné par un jury à l’occasion d’une journée de restitution organisée le 16 octobre prochain.

AIDEZ NOUS SVP : LIKEZ ET PARTAGER CET ARTICLE SUR FACEBOOK

Add a Comment

Soutenez-nous!

Si vous aimez ce site s’il vous plaît aider nous et faire clic sur l’un de ces boutons!